-50% sur votre première commande !

Pourquoi un chien aboie-t-il et comment décrypter ses aboiements ?

Dénués de parole, les chiens ont plusieurs astuces pour communiquer avec leurs propriétaires. Ils sont capables, entre autres, de murmurer, de grogner, de positionner leur queue selon leur humeur, et bien sûr, d’aboyer. Avec tous ces signes différents, il y a de quoi être perdu et sceptique face à son chien.

Nous allons donc apprendre à décrypter leur « langage » à travers cet article.

Pourquoi un chien aboie-t-il ?

Les aboiements permettent aux chiens de se signaler à leurs congénères ou à leurs propriétaires, de répondre à ce qu’ils considèrent comme une menace et d’impressionner l’autre, d’exprimer leur peur, leur stress ou leur anxiété, ou encore de la joie ou de l’excitation.

L’aboiement est le principal moyen d’expression des chiens. Il résulte de la vibration des cordes vocales suite à une sortie d’air massive et soudaine au niveau du larynx. La force du son produit, sa durée ainsi que sa fréquence sont à prendre en compte pour faire la différence dans la variété des aboiements émis par les chiens.

Comment différencier les types d’aboiements ?

Lorsque l’aboiement tend vers les aigus (WAF) et est plutôt sous forme de jappements, cela traduit une excitation ou de la joie : le chien est alors enclin au jeu et autorise le rapprochement. Au contraire, lorsqu’il se montre agressif, le chien emploiera un aboiement plutôt grave et sourd (WOOF). Dans ce cas, il est plus judicieux de rester éloigné du chien.

La durée du son traduit l’état de conscience du chien sur son action et ses éventuelles conséquences. Ainsi, un chien qui n’a pas l’intention de reculer face à une menace produira un son long, grave et appuyé. Au contraire, une succession de sons courts indique un sentiment de peur et un manque de confiance de la part du chien, qui n’est alors pas sûr de la manière dont il veut gérer l’attaque.

Enfin, un aboiement souvent répété indique un degré d’excitation ou une urgence. Ainsi, un chien qui aboie de manière espacée, voire sans aucune répétition, ne montre qu’un intérêt limité envers la cause de son aboiement. Au contraire, un chien qui répète ses aboiements de multiples fois en un temps court signale une situation qui lui semble importante et tente alors d’attirer l’attention de son propriétaire.

De nombreuses situations peuvent causer l’aboiement du chien (anxiété de séparation, attirer votre attention, etc.). Comprendre pourquoi ils aboient est donc primordial pour savoir comment agir :

Les cinq aboiements les plus courants

Sur la base de ces caractéristiques concernant les aboiements, cinq types d’aboiements courants ont été distingués :

  1. L’alarme ou l’alerte classique : l’aboiement est alors constitué de sons rapides répétés deux à quatre fois avec des pauses entre chaque salve. Le chien cherche alors à attirer l’attention de son propriétaire face à une situation qui nécessite selon lui d’être étudiée.
  2. L’alarme ou l’alerte imminente : l’aboiement consiste en un son grave, long, répété de manière plus lente que lors de l’alarme classique. Le chien est alors menaçant et considère que le danger est très proche.
  3. L’aboiement amical  : il s’agit d’un aboiement constitué d’un ou deux sons nets, assez aigus. Le chien montre dans ce cas une certaine affection pour les visiteurs, reconnus comme des amis.
  4. L’ennui : il se manifeste sous la forme d’une longue succession de plaintes séparées de pauses. Le chien s’ennuie et demande de la compagnie.
  5. Le jeu  : l’aboiement est souvent découpé en deux parties qui donnent une impression de bégaiement. Le chien est souvent placé les pattes avant au sol et l’arrière train relevé. Il a ici envie de jouer.

Les autres sons que peut émettre un chien avec sa bouche

Néanmoins, d’autres modulations vocales que l’aboiement existent et il est important de savoir les décrypter pour répondre aux besoins et aux attentes de votre compagnon.

Le grognement est un signe d’avertissement pour le chien. Celui-ci peut grogner pour de multiples raisons : délimiter un territoire, prendre possession d’un objet (sa gamelle ou un jouet par exemple). Un grognement peut également exprimer une peur, une incompréhension ou une douleur.

Le gémissementtraduit aussi des sentiments plutôt négatifs : le stress, la peur, l’ennui, la solitude, la frustration ou encore la douleur. Dans ce dernier cas, le gémissement intervient lorsque vous touchez une zone douloureuse du corps de votre chien. L’intervention d’un vétérinaire pourra vous être utile afin de déterminer la cause de la douleur et la traiter.

Comment gérer les aboiements de son chien ?

Un aboiement intempestif peut constituer une nuisance sonore pour les propriétaires et leur entourage (les voisins par exemple). Bien que cela soit fatigant pour les propriétaires, il ne sert à rien de crier constamment sur son chien qui aboie. Cela risquerait de le stimuler encore plus et il n’en résulterait qu’une augmentation des aboiements. Il est en revanche important d’en chercher les causes, qui peuvent être très diverses (par exemple, le chien est excité en permanence et aboyer lui permet d’évacuer ce trop-plein d’énergie, le chien s’ennuie, est frustré, garde son territoire…).

Si vous ne parvenez pas à trouver la cause des aboiements, le recours à un éducateur canin peut être très utile pour déterminer les raisons qui motivent le chien à aboyer constamment. Lorsque la cause est identifiée, il est alors possible d’y remédier en supprimant ce facteur ou en rééduquant le chien.

De manière générale, on ne recommande pas d’utiliser un collier anti aboiement. On préfère favoriser le dressage du chien pour lui apprendre à se calmer et à limiter ses aboiements plutôt que de lui enlever complètement l’un des ses principaux moyens d’expression. Il est évident qu’un chien aboyant sans arrêt peut vite devenir pénible pour vous et vos voisins, mais utiliser des colliers qui créent une gêne pour le chien n’est pas l’idéal. On vient d’en citer une, mais voici d’autres méthodes auxquelles on vous recommande de ne pas recourir :

Les méthodes à éviter

D’autres méthodes très controversées sont également utilisées telles que le système anti-aboiement à ultrasons, le collier électrique anti-aboiement ou encore l’opération chirurgicale appelée « dévocalisation ». Le premier dispositif détecte les aboiements et émet des ultrasons qui incommodent le chien et stoppent ce mauvais comportement. La dévocalisation consiste à retirer du tissu des cordes vocales de l’animal afin de diminuer le volume des sons produits. Comme avec le collier électrique, le chien est alors privé d’un de ses principaux moyens d’expression. Si ces pratiques paraissent barbares, elles permettent cependant de sauver certains animaux de l’euthanasie quand ils sont jugés trop bruyants. Elles restent bien sûr à éviter, au profit de l’appel à un comportementaliste canin, qui est une expérience plus enrichissante pour le chien.

Un aboiement trop fréquent doit être traité car cela peut constituer un bruit nuisible qui mènera à un trouble du voisinage. Les exemples les plus fréquents d’aboiements pouvant être considérés comme nuisances sonores sont lorsque le chien aboie tous les jours ou toute la journée et/ou qu’il produit un aboiement de forte intensité. Dans ces conditions, un voisin sera en droit de demander au propriétaire de faire taire l’animal. Si une procédure judiciaire est engagée, le propriétaire pourra recevoir une sanction allant de la « simple » amende (qui peut s’élever dans certains cas à 450€) à la confiscation de l’animal.

Les autres comportements en lien avec les aboiements

Il existe d’autres comportements du chien qui sont à étudier en lien avec les aboiements pour comprendre votre compagnon.

Lorsque votre chien hérisse le poil, il cherche à impressionner un individu ou un autre chien auquel il fait face. Cet « adversaire » représente une menace. Souvent, ce comportement est associé à des grognements, une tête redressée et éventuellement une posture de côté.

Un chien qui se met sur le dos a plusieurs interprétations. Il peut s’agir de se mettre en position de soumission. Dans ce cas, le chien étirera ses pattes. Cette situation se retrouve notamment lorsque des chiens jouent ensemble et que l’un deux se soumet à l’autre. Mais au contraire, il peut aussi s’agir de vous montrer qu’il est simplement heureux et confiant.

La position de la queue est également un précieux informateur de l’état d’esprit de votre chien. S’il a peur, sa queue sera plutôt abaissée entre ses pattes arrières. Un chien agressif aura tendance à placer sa queue droite, à l’horizontale, raide. Au contraire, si la queue est haute, le chien manifeste sa confiance. Le balancement de la queue traduit également l’état d’excitation du chien : plus le balancement est ample et rapide, plus le chien est heureux et/ou prêt à jouer.

Un léchage frénétique des babines et de la truffe ainsi qu’un regard fuyant sont des signes d’anxiété et de nervosité.

Quelles sont les races de chien qui aboient le plus ?

Certaines races sont en effet plus à même d’aboyer frénétiquement. De manière générale, ce sont les plus petits chiens, comme les chihuahua, les spitz ou encore les yorkshire, mais d’autres races plus grandes comme les berger allemand sont connues pour aboyer beaucoup.

Néanmoins, le comportement d’un chien peut évoluer et s’améliorer plus ou moins facilement grâce aux éducateurs canins et aux friandises. Donc pas de panique si votre chien est bruyant, des solutions existent !

Pour aller plus loin sur l’aboiement

Si le sujet vous intéresse, on vous conseille l’excellent « Comment parler chien » de Stanley Coren, professeur à l’université de Colombie Britannique au Canada. Ce livre est un dictionnaire « d’aboyen », le langage des aboiements et parle en profondeur de toutes les situations du quotidien dans lesquelles nous devons faire face à des aboiements.

Un chien qui remue la queue est-il content ? Pas toujours. Quand il montre les dents, va-t-il attaquer ? Pas nécessairement. Et s’il vous lèche, est-ce un baiser qu’il vous donne ? Pas du tout.

STANLEY COREN

Evidemment, ces analyses comportementales sont à prendre avec des pincettes et peuvent avoir des significations différentes en fonction du chien, de son éducation, de son vécu. Par exemple, un chien montrant les dents est souvent signe d’agressivité, mais dans certains cas assez rares, il peut être traduit comme un signe de soumission, ce qui est complètement contradictoire !

Pour conclure, il est important de savoir décrypter les différents types d’aboiements afin d’adopter un comportement adéquat face au chien. Cinq types majeurs d’aboiements ont été différenciés selon l’intensité, la fréquence et la force du son produit. Cependant, l’aboiement doit être associé au comportement général du chien afin d’avoir un aperçu plus large de ce qu’il veut nous faire comprendre. Les chiens aboient, et leur retirer ce moyen d’expression avec des méthodes anti-aboiements sont à proscrire. La tranquillité s’acquiert plus facilement au moyen d’une friandise pour l’éduquer et lui apprendre à rester calme.