-50% sur votre première commande !

Les 10 aliments les plus toxiques pour les chiens

Nombreux sont les aliments qui peuvent causer du tort à nos animaux de compagnie. Certains comme le chocolat sont bien connus, d’autres le sont beaucoup moins. A l’échelle mondiale, on estime que plus de 95 % des intoxications alimentaires d’animaux concernent les chiens et chats. En effet, ils vivent à proximité de l’homme qui leur donne parfois volontiers sa propre nourriture. Entre les friandises et les restes de table pouvant être distribués, les risques d’empoisonnement s’en trouvent démultipliés. Il est donc important d’être attentif.

Comme des petites informations peuvent sauver des vies, voici un top 10 des aliments que vous devriez éviter de donner à vos chiens.

N.B. : Les syndromes décrits dans cet article sont variables selon les individus concernés. Par exemple, les doses toxiques sont à rapporter au poids du chien ; un chien de petit format sera donc plus sensible qu’un chien de poids plus élevé. Les doses sont ici données pour un chien de 10 kilogrammes, à vous de les adapter à vos animaux. De plus, de fortes doses d’aliments nocifs sont toxiques, mais le fait d’en donner un peu tous les jours est également néfaste.

1 – Le chocolat, le plus connu des poisons pour chiens

Cet aliment est fortement nocif pour les chiens. Ils sont en effet sensibles à la théobromine, un composé alcaloïde que l’on trouve dans les fèves de cacao. Son ingestion entraîne un relâchement des fibres musculaires lisses, présentes dans l’appareil respiratoire (qui s’en trouve donc particulièrement affecté) mais aussi dans le cœur. Ainsi, plus il y a de cacao et plus on trouve de théobromine. Par conséquent, le chocolat en poudre et le chocolat noir sont plus nocifs pour les chiens que le chocolat au lait. Le chocolat blanc se classe bon dernier, et blessera davantage par la quantité de sucre qu’il contient que par son taux de théobromine, proche de zéro.

La dose toxique est en moyenne d’environ 200 milligrammes de théobromine par kilogramme de poids corporel, correspondant à 450 grammes de chocolat au lait ou bien à 60 grammes de chocolat noir.

Les premiers symptômes apparaissent quelques heures après l’ingestion. Ils comprennent de l’agitation ou de l’hyperactivité, des vomissements, de l’incontinence urinaire, des diarrhées, une tachycardie (accélération des battements cardiaques) ou encore une polypnée (respiration rapide). De 18 à 24 heures après l’ingestion surviennent des symptômes plus graves : troubles cardiaques, rigidité musculaire, ataxie (manque de coordination des mouvements volontaires), voire le coma ou la mort.

Il convient de réagir vite, notamment en contactant rapidement votre vétérinaire traitant ou un vétérinaire de garde. Pour affiner le pronostic, il est utile de savoir quelle quantité et quel type de chocolat a été avalé et notamment de pouvoir chiffrer son pourcentage en cacao.

2 – Le café, pas la tasse de thé des canidés

Tout comme le chocolat, le café, le thé ou encore les boissons énergisantes contiennent de la théobromine.

Si l’on prend l’exemple du café, la dose toxique de théobromine correspond à la quantité de caféine présente dans environ trois tasses.

Les symptômes sont proches de ceux de l’intoxication au chocolat.

3 – Les oignons, un poison moins connu pour les chiens

Les oignons comportent des thiosulfates, qui détruisent les globules rouges du chien et peuvent donc provoquer de graves anémies (appauvrissement du sang en globules rouges ou en hémoglobine, provoquant un état de faiblesse). Les chiens s’intoxiquent souvent en volant des oignons pour jouer : faites donc preuve de prudence et stockez vos aliments en hauteur. Attention également aux plats préparés : les oignons entrent par exemple dans la composition des petits pots pour bébés, que certaines personnes choisissent de donner à leurs compagnons à quatre pattes.

Les symptômes sont assez bien reconnaissables : les urines prennent une couleur foncée « marc de café », témoignant d’une destruction des globules rouges. Le chien peut aussi avoir des difficultés respiratoires dues à la diminution du nombre de transporteurs d’oxygène que sont les globules rouges.

4 – Les chiens et la pomme de terre : bon ou mauvais aliment ?

Ce point concerne également les humains ! Les germes et la peau verte des pommes de terre contiennent un alcaloïde toxique, la solanine. Celle-ci disparaît à la cuisson car elle a tendance à passer dans l’eau. Il faut donc éviter de consommer l’eau de cuisson, mais aussi les pelures avant cuisson ainsi que les pommes de terre crues.

Tout comme l’oignon, il peut être tentant pour votre chien de voler une pomme de terre pour jouer avec !

La dose toxique est de 30 grammes de pomme de terre verdie par kilo de poids corporel pour les canidés, soit l’équivalent d’une grosse pomme de terre…

En cas d’intoxication, on remarque des vomissements, une constipation suivie de diarrhées pouvant prendre une couleur foncée, des difficultés respiratoires, des coliques (douleurs abdominales), voire des complications nerveuses.

Cependant, les pommes de terre cuites sont quant à elles tout à fait digestes et peuvent être données aux chiens. Chez Japhy, nous utilisons la pomme de terre dans nos recettes comme source d’amidon afin de remplacer les céréales, mais aussi et surtout pour ses nombreux avantages comme le fait qu’elle soit riche en acides aminés et vitamines B et C et facilement digestible. Nous utilisons uniquement des pommes de terre de qualité : les mêmes que celles prévues pour votre propre alimentation !

5 – Les chiens et le raisin : des sérieux pépins en prévision

Bien moins connu que d’autres aliments toxiques comme le chocolat, le raisin est pourtant un incontournable.

La dose toxique est de 20 grammes par kilo pour du raisin frais, et elle descend à 4 grammes par kilo pour les raisins secs. Ceci correspond à une petite grappe de raisin ou à une demi-cuillère à café de raisins secs.

Le mécanisme d’intoxication est méconnu ; le coupable pourrait être une mycotoxine (toxine produite par un des champignons microscopiques présents dans le fruit).

Au niveau des symptômes, on obtient des vomissements impossibles à réprimer puis des diarrhées, de la soif et de l’abattement. Une insuffisance rénale aiguë peut apparaître quelques jours après l’ingestion. Elle implique des douleurs abdominales, une haleine fétide (avec odeur d’ammoniac, c’est-à-dire d’urine), et l’apparition d’ulcères buccaux.

6 – La noix de macadamia : bonne pour l’humain, pas pour le chien

La noix de macadamia comporte un composant inconnu mais virulent.

La dose toxique est de seulement une demi-douzaine de noix.

On remarque une fièvre, une tachycardie, des tremblements et des douleurs aux pattes entraînant des difficultés à se lever.

7 – Le foie, perturbateur du métabolisme osseux des chiens et des chats

Ce point est aussi valable pour les chats ! Le foie était autrefois un abat de choix, que l’on donnait abondamment aux animaux. Cependant, ceux-ci ne devraient pas en recevoir plus d’une fois par semaine.

En effet, le foie est très riche en vitamine A, dont l’excès perturbe le métabolisme osseux. On peut alors avoir une apparition de déformations et d’excroissances osseuses sur les membres et au niveau de la colonne vertébrale. Cela peut par exemple conduire à une soudure des vertèbres du cou, très douloureuse pour l’animal.

8 – L’avocat, nocif pour les organes vitaux de nos compagnons

Grande star des brunchs en ce moment, l’avocat n’est cependant pas conseillé pour les chiens ! Il contient en effet de la persine, une substance causant des dommages au cœur, aux poumons et à l’appareil digestif.

9 – Contre l’avis de votre boule de poils, les os

Ce point est à relativiser : il existe des chiens qui mangent des os toute leur vie sans souci, mais les risques liés au fait d’en donner aux chiens peuvent tout de même s’avérer dramatiques.

Tout d’abord, un os mâché et découpé en morceaux représente une possibilité de corps étranger, provoquant une obstruction de l’appareil digestif : c’est une urgence ! Les fragments peuvent aussi se coincer dans la bouche, se planter dans le palais ou en travers de I’œsophage. Mention spéciale aux os à moelle, qui peuvent se coincer autour de la mâchoire inférieure des chiens un peu trop gourmands… Nombreux sont les vétérinaires ayant dû s’improviser apprentis menuisiers et scier ces os à la suite d’un tel accident !

Les os peuvent être cassants et donc perforer le tube digestif. C’est d’autant plus le cas lorsqu’ils sont cuits, et pour certaines catégories telles que les os de volaille. En cas de perforation, on a une intrusion de contenu septique dans l’abdomen, causant des infections : il s’agit là aussi d’une urgence.

Enfin, les os peuvent provoquer des irritations ou des diarrhées s’ils sont réduits en fines particules, voire des constipations sévères appelées fécalomes, nécessitant une intervention médicale…

10 – Le lait maternel pour le chiot et rien d’autre

Certains conseillent de donner du lait en cas de suspicion d’intoxication. Loin d’apaiser les symptômes, le lait peu digeste pour les chiens adultes ne fait que leur ajouter des problèmes.

En effet, les chiots sont capables de digérer le lait de leur mère grâce à une enzyme dénommée lactase, qui comme son nom l’indique dégrade le sucre du lait qu’est le lactose. Les chiens adultes ne disposent plus de cette enzyme, ce qui rend le lait indigeste pour eux.

L’intoxication engendre des troubles digestifs, notamment des diarrhées.

Le fromage et yaourt quant à eux sont mieux tolérés, car ils contiennent moins de lactose du fait des fermentations entrant dans leur processus de fabrication.

Les aliments toxiques peuvent ainsi provoquer de nombreux symptômes et causer de graves problèmes de santé à votre boule de poils. Ceux-ci sont souvent digestifs dans un premier temps : diarrhées et vomissements, hypersalivation, perte d’appétit pouvant aller jusqu’à l’anorexie…

Ils peuvent dans un second temps affecter l’état général du chien : abattement important, fièvre (la température normale du chien est de 38-39°C), tremblements, difficultés à respirer, raideur ou paralysie des membres, voire perte de conscience…

Si jamais vous avez besoin d’agir dans l’urgence pour faire vomir votre chien (utile si l’ingestion s’est produite il y a moins de deux heures), sachez qu’il est inutile de mettre vos doigts au fond de sa gueule pour espérer déclencher un réflexe vomitif. En plus d’être dangereux pour vos mains, ceci sera complètement improductif. La pratique la plus simple et la plus efficace consiste en une injection d’apomorphine qui peut être réalisée par votre vétérinaire. Si votre vétérinaire vous conseille de faire vomir votre chien, vous pouvez alors lui faire avaler le contenu d’une seringue d’eau fortement salée.

En résumé, de nombreux éléments toxiques présents dans notre alimentation quotidienne peuvent affecter votre chien. Il est donc utile de les connaître et de savoir repérer les signes annonciateurs d’une intoxication : maintenant que vous êtes informés, vous serez plus qualifiés pour aider votre compagnon en cas de problème.

Il faut cependant garder à l’esprit qu’un vétérinaire saura toujours comment vous conseiller en cas d’ingestion d’un de ces aliments, alors le plus important est de l’appeler en urgence dès le moindre doute !