-50% sur votre première commande !

Qu’est-ce que l’éducation positive et comment l’appliquer avec son chien ?

On entend régulièrement dire que « le chien est le meilleur ami de l’Homme » et il est vrai que pour tout parent de chien, cet animal a une place à part entière dans la famille. Fidèle, affectueux et loyal, cette petite boule d’amour peut cependant vite devenir ingérable si elle n’a pas été éduquée.

Alors comment éduquer son chien ? Pendant de nombreuses années, le dressage du chien se basait sur un système de dominant/dominé car on privilégiait l’utilisation de sanctions physiques. Aujourd’hui cette technique, diamétralement opposée à l’éducation positive, est à proscrire pour construire une belle relation avec son chien.

Mais alors, en quoi consiste cette éducation positive et comment la mettre en place ?

Qu’est-ce que l’éducation positive d’un chien ?

L’éducation positive est un apprentissage qui se base sur la stimulation du chien via une récompense. Elle permet à la fois de garantir le bon état émotionnel de votre animal, mais aussi un apprentissage continu et durable.

Ne pas trop tirer sur sa laisse lors de balades, la propreté ou encore la sociabilisation sont des exemples de choses que votre chien peut apprendre à travers le prisme du dressage canin positif. Pour éviter l’apparition de problèmes de comportement, il vaut mieux démarrer le plus tôt possible !

Quel est l’âge idéal pour éduquer son chien ?

La période la plus propice à l’apprentissage du chien se situe entre 2 et 18 mois car son comportement n’est pas façonné par des habitudes. Néanmoins il n’y a pas de limite d’âge car le chien apprend toute sa vie. S’il est compliqué d’apprendre à un chien de nouvelles choses sans passer par un comportementaliste canin, il reste possible de le faire, que ce soit pour des ordres de base (assis, couché) ou plus développés (fais le mort par exemple).

L’obéissance s’apprend : ce n’est pas quelque chose d’inné chez le chien. Néanmoins, certaines races comme les chiens de berger et celles ayant besoin d’exercice physique et mental, sont plus à l’aise à l’idée d’apprendre. Le dressage d’un chien n’est pas non plus le même avec un chien agressif qui aboie qu’avec un chien docile. Si le comportement d’un chien se caractérise par l’agressivité, il convient de faire appel à un spécialiste comme un éducateur canin comportementaliste afin d’éliminer les mauvais comportements.

Vous avez un chien adulte ou un chien senior ? Venez enapprendre plus sur l’éducation du chien adulte ici ! Si vous venez d’accueillir un chiot, retrouvez notre article sur l’accueil du chiot.

Quelle durée et quelle fréquence pour vos séances d’éducation ?

Elles doivent être courtes afin que votre animal reste concentré et fréquentes afin de favoriser l’assimilation du comportement. Ainsi, il vous est recommandé de ne pas excéder 10 minutes par séance et pas plus de 3 minutes par exercice. Néanmoins vous pouvez renouveler ces 10 min plusieurs fois dans la journée.

Comment programmer ses séances d’éducation canine positive ?

En début de séance, si votre chien est très agité, vous pourrez privilégier les exercices calmes comme le coucher. Au contraire, si votre chien manque de motivation, privilégiez à ce moment-là les activités ludiques comme le rapport de balle. De plus, il est nécessaire d’adapter la difficulté à l’âge de son compagnon. Par exemple vous pouvez apprendre le « assis » dès l’âge de 2 mois. Pour ce qui est de la marche en laisse, il est préférable d’attendre 4 à 6 mois.

Quels types de récompenses peut-on utiliser ?

Plusieurs types de récompenses sont possibles, comme :

  • La friandise  : Cette récompense est à privilégier si vous êtes au début d’un apprentissage car c’est un réel élément moteur. Vous pouvez utiliser des Petites Gâteries de Japhy, des knackis ou encore de la charcuterie (à faible dose car très caloriques). En somme, vous pouvez varier les plaisirs !
  • La caresse  : Cette récompense est à utiliser que lorsque le comportement est ancré. Il est conseillé d’avoir une approche sur le côté de la tête ou sur le cou. La friandise est très utile, mais trop utilisée, elle devient une source d’obésité potentielle.
  • La voix  : Cette récompense est à utiliser seulement que lorsque le comportement est consolidé. De plus, il est conseillé d’adopter une voix aiguë pour récompenser. En tant que parent de chien gaga, vous connaissez déjà bien ce timbre de voix.
  • Les jeux  : C’est une récompense particulière qui n’est à utiliser qu’en fin de séance pour ne pas perdre la concentration de votre boule de poils. Elle peut déjà être assez compliquée à gagner comme ça…

Les trois principales méthodes d’apprentissage

L’apprentissage par association

Cette méthode consiste à associer à un comportement un ordre et une conséquence. Ainsi elle fait intervenir les notions de renforcement et de punition. On distingue deux types de renforcement : le renforcement positif, qui vise à ancrer un comportement en récompensant l’animal et le renforcement négatif, qui consiste à faire disparaître un comportement via l’utilisation d’un élément désagréable qui cesse dès que le chien arrête. Pour ce dernier objectif, on peut également utiliser la punition négative qui consiste à faire disparaître un élément agréable pour l’animal.

Prenons le cas du rappel. Lorsque votre chien reste au pied, récompensez-le par une friandise (renforcement positif). Si votre chien part, vous pouvez alors effectuer une tension dans la laisse, que vous cessez quand il revient (renforcement négatif). Sinon, vous pouvez vous éloigner dans l’autre sens avec le jouet et la friandise (punition négative). Une fois que vous avez instauré le comportement, vous pouvez procéder à un renforcement aléatoire qui consiste à espacer les récompenses via friandises au profit des caresses et de la voix. Ce renforcement n’est à utiliser que si vous êtes sûr que votre chien fera ce que vous lui demandez. Attention à ne pas totalement exclure la friandise non plus, car elle est un élément stimulateur pour le chien.

Le « clicker training »

Vous pouvez également suivre la méthode du clicker training. Cette méthode consiste à utiliser un clicker, qui est un petit boîtier délivrant un son. Il permet de valider et renforcer positivement un comportement tout en participant à la dépense intellectuelle de votre chien.

Comment ça marche ? Prenons l’exemple de l’apprentissage du « assis ». Vous pouvez débuter en cliquant et récompensant directement via une friandise. Puis, demandez à votre animal de s’asseoir via la voix et/ou en mettant une friandise au-dessus de sa tête. Lorsque celui-ci réalise ce que vous souhaitez, vous validez en cliquant, puis vous récompensez avec une friandise. Et le tour est joué !

Ainsi la méthode du clicker training s’articule autour de trois techniques d’apprentissage : la technique du leurre qui consiste à accompagner votre chien avec une friandise pour qu’il adopte un comportement, la technique de la capture qui consiste à cliquer une attitude que votre chien fait naturellement (par exemple : aboyer quand quelqu’un arrive, se secouer dehors après avoir été lavé…) ou encore la technique du façonnage, technique utilisée davantage dans les apprentissages complexes puisqu’elle décortique une tâche en plusieurs étapes. Complexe, mais pas tant que ça puisqu’on vous l’explique un peu plus bas !

L’apprentissage par imitation ou observation

Cette méthode consiste à faire reproduire à votre chien un comportement réalisé par un individu régulièrement en contact avec lui (ex : l’autre chien de la famille). Prenons l’exemple du « donne la patte ». Demandez à un chien expérimenté de le faire en présence de votre chien, puis récompensez. Ainsi, votre chien effectuera la tâche pour se récompenser lui-même.

L’apprentissage des actions complexes

Cette technique vise à récompenser de manière croissante les étapes intermédiaires d’un comportement recherché. Ainsi lorsque vous atteignez une étape, récompensez puis passez à l’étape suivante. Par exemple vous souhaitez apprendre à votre chien à rapporter une balle. Dans un premier temps vous récompensez quand il va jusque-là balle, puis une fois qu’il l’a réussi au minimum 4 fois sur 5 vous passez à l’étape suivante qui consiste à ramener la balle et vous renouveler la démarche précédente avant de passer à « donne la balle ».

La mise en pratique

Prenons l’exemple du « apprendre à ne pas sauter »

Tout d’abord, il faut comprendre la raison de ce geste afin de ne pas renforcer un comportement indésirable. Ainsi, lorsque votre chien vous saute dessus, il recherche votre attention. Par conséquent, si vous répondez par une caresse ou un regard, il aura gagné. D’autre part, il est à noter que ce comportement est inné car on le retrouve dans la relation chiot/chien adulte, c’est pourquoi sanctionner ici serait une erreur. Nous allons donc voir ensemble les étapes d’apprentissage et les conduites à tenir.

Le début de l’apprentissage

Les étapes qui vont suivre nécessitent d’avoir appris à votre chien au préalable le « assis » et nécessitent également la présence d’un autre humain, vous allez comprendre pourquoi. Tout d’abord, placez-vous à 3 mètres de la personne avec le chiot en laisse et demandez-lui de s’asseoir. Demandez ensuite à votre assistant de s’approcher de vous tout en vous regardant et en souriant. A ce moment précis, si le chiot s’agitera et tentera de sauter. La personne doit s’immobiliser et détourner le regard avec un visage sans expression. Dès que votre chien cesse, récompensez, puis renouvelez l’étape. Une fois que votre chien a compris qu’il faut attendre calmement, vous pouvez passer à l’étape 2.

Cette étape consiste à réaliser à nouveau l’étape 1, avec cette fois-ci votre chien assis du début à la fin. A chaque pas de la personne, vous pouvez le féliciter via la voix. Lorsque vous passez cette étape en sa totalité, félicitez-le avec une friandise. En ce qui concerne la conduite au quotidien, il est important de ne pas être contradictoire car votre chien peine à distinguer les situations. En effet, lorsque vous rentrez, ne le laissez pas vous sauter dessus tout comme ne réagissez pas si votre animal pose ses deux pattes avant sur vous lorsque vous êtes assis. Afin d’éviter la première situation vous pouvez vous agenouiller lorsque votre chien arrive en mettant les paumes de la main à sa hauteur et vers lui. Après quelques séances et une application au quotidien, votre boule de poils pourra maitriser n’importe quel tour !

Quelles sont les limites de l’éducation positive chez un chien ? Il est important de ne pas tomber dans l’extrême. En effet, votre chien a besoin d’un cadre et de limites, c’est pourquoi il est nécessaire de se montrer ferme et intransigeant quand il le faut. L’essentiel est de trouver le bon équilibre.

Ne pas récompenser excessivement est une bonne chose car un chien trop récompensé est un chien qui va potentiellement ressortir tous les tours qu’il connait à n’importe quel sauce dans le but d’obtenir sa friandise. L’éducation doit aller dans les deux sens, et surtout rester un moment de complicité entre vous.

Que faut-il retenir ?

L’éducation positive du chien est une technique visant à renforcer les comportements souhaitables sans tomber dans le « no limit ». Il est important de fixer un cadre à votre animal afin de permettre son bon développement dans le monde qui l’entoure. A l’heure actuelle, plusieurs techniques s’offrent à vous et permettent de coller au mieux à la personnalité de votre chien. A vous de choisir celle qui conviendra le mieux !