Manger

Comment réussir la période de transition alimentaire de son chien ?

De nombreuses situations impliquent un changement d’alimentation au cours de la vie du chien. Celui-ci grandit, prend ses premiers repas « solides », passe d’un aliment pour chiot à un aliment destiné aux chiens adultes puis aux chiens seniors… De plus, une maladie peut amener le propriétaire à opter pour un aliment spécialement adapté, par exemple hypoallergénique ou hypocalorique (faible en calories). Enfin, des situations particulières comme la gestation de la chienne ou la lactation impliquent également le choix d’aliments adaptés au stade physiologique de l’animal.

Le fait d’effectuer une transition alimentaire à chaque changement d’alimentation est primordial pour la santé et le bien-être de votre chien : nous allons donc voir ensemble comment organiser cette période pour qu’elle soit vécue sereinement par vous et par votre animal.

Qu’est-ce qu’une transition alimentaire pour les animaux ?

@pumpkin_le_toller

Une transition alimentaire est réalisée lorsque l’on change l’alimentation de son animal. Ce changement peut être de nature variée : passage d’un aliment sec à un aliment humide, d’un aliment physiologique à un autre, d’une alimentation industrielle à une ration ménagère spécifiquement étudiée… Il est important de souligner le fait qu’un changement de nourriture au sein d’une même marque requiert aussi une transition alimentaire !

Retenez bien ces maîtres mots : dès qu’il y a changement, il doit y avoir transition.

Le fait de trouver la bonne alimentation pour votre chien est un processus pouvant s’avérer long, surtout avec l’immense variété de marques d’aliments pour chien disponibles de nos jours.

Pourquoi réaliser une transition alimentaire chez le chien ?

Le chien est un omnivore à tendance carnivore, qui avale sa nourriture sans beaucoup la mastiquer. De ce fait, l’estomac joue chez cette espèce un rôle primordial car il rend plus digeste cette masse alimentaire. L’intestin est quant à lui moins développé et la digestion est donc plus courte. En effet, l’intestin du chien mesure 6 fois la longueur de l’animal, contre 12 fois pour l’homme. Or c’est à ce niveau que s’effectue la majeure partie de l’absorption des nutriments.

De plus, la flore digestive du chien est moins diversifiée que la nôtre : son intestin présente dix mille bactéries par gramme appartenant à 500 espèces différentes, contre dix milliards de bactéries par gramme et plus de 2000 espèces chez l’homme. Ce microbiote, composé de bactéries mais aussi d’autres microorganismes tels que des champignons ou des protozoaires, est en interrelation permanente avec l’organisme de l’animal et avec la nourriture qu’il ingère. Il est notamment adapté aux enzymes digestives sécrétées par l’organisme, dépendant elles-mêmes de la nourriture qu’elles doivent traiter.

Ainsi, la flore intestinale du chien est un écosystème fragile qui s’adapte bien à un type d’aliment consommé régulièrement. L’ensemble de cet équilibre est étroitement corrélé à l’état général de l’animal ; il est par exemple prouvé que des déséquilibres du microbiote digestif augmentent le risque d’obésité. Cet équilibre fragile explique les risques liés à une absence de transition alimentaire : refus, diarrhées, régurgitations ou vomissements, flatulences…

Quelles modifications du métabolisme canin peuvent être engendrées par un changement d’alimentation ?

Une transition alimentaire non réalisée ou faite à la va-vite peut causer les désordres digestifs mentionnés ci-dessus, et par conséquent inciter des propriétaires à abandonner de nouvelles croquettes qui pourraient tout à fait convenir. Cependant, quelques modifications vont de pair avec le changement d’alimentation : il est utile de les connaître afin de ne pas s’inquiéter.

Tout d’abord, le chien a tendance à boire plus lors du passage à une alimentation plus sèche. Inversement, sa consommation d’eau peut être moindre s’il passe à un aliment humide comme la pâtée.

De plus, la quantité d’aliment à distribuer peut vous paraître plus faible en cas de passage à une nourriture sèche comme les croquettes, car elles ont une plus grande densité énergétique : le même nombre de calories tient dans un plus petit volume. Au contraire, les quantités préconisées pour une ration ménagère peuvent sembler énormes si vous êtes habitué à donner des croquettes, car ces aliments contiennent plus d’eau et il faut donc que le chien en mange davantage pour être rassasié.

Comment procéder pour que la transition alimentaire de votre chien se déroule sereinement ?

Il est tout d’abord primordial de bien choisir la nouvelle alimentation de votre chien. Elle doit être adaptée à sa race et sa taille, son statut entier ou castré, son âge, son degré d’activité et poids, ses éventuelles pathologies et allergies. Il faut ensuite prendre le temps de calculer la quantité journalière à donner, soit en se référant aux quantités conseillées sur les étiquettes d’aliments, soit en consultant votre vétérinaire. Le chien doit continuellement disposer d’eau à volonté. Elle doit être bien évidemment potable et propre.

En termes d’organisation, la transition alimentaire s’effectue en mélangeant l’ancien aliment au nouveau, en ajoutant ce dernier dans des proportions croissantes. Ceci doit être réalisé sur une période de quelques jours. La durée préconisée varie selon les sources (où chacun prétend avoir trouvé la durée parfaite), mais on peut retenir une moyenne d’une semaine.

Réfléchissons sur un exemple concret : imaginons que vous donnez chaque jour 100 grammes de croquettes à votre chien (on prend ici l’exemple d’un petit chien, mais à chacun peut ensuite l’adapter à son cas en modifiant les quantités) et que vous souhaitez changer de marque de croquettes :

Jour 1

Vous pouvez simplement mélanger une petite poignée de nouvelles croquettes à la ration habituelle, pour que votre chien s’habitue à leur odeur.

Jour 2

Mélangez 25 grammes de nouvelles croquettes et 75 grammes d’anciennes croquettes

Jours 3 et 4

Mélangez 50 grammes de nouvelles croquettes et 50 grammes d’anciennes croquettes

Jours 5 et 6

Mélangez 75 grammes de nouvelles croquettes et 25 grammes d’anciennes croquettes

Jour 7

Vous pouvez à présent donner 100 grammes de nouvelles croquettes à votre chien !

Ce n’est pas grave si vous ne respectez pas à la lettres les quantités exactes, l’essentiel est de procéder progressivement et au rythme de votre chien !

L’Offre Découverte de Japhy correspondant à 15 jours d’alimentation est conçue pour réaliser une transition idéale, tout en douceur : la première semaine permet de réaliser la transition alimentaire, et la deuxième à voir si votre chien apprécie et digère correctement ses nouvelles croquettes.

Si votre chien est relativement fragile ou sujet à des problèmes de digestion, vous pouvez rajouter quelques jours à chaque étape : plus la transition est longue et plus le chien aura le temps de s’habituer, donc mieux cela se passera. N’hésitez donc pas s’il vous reste encore vos anciennes croquettes, cela permettra de ne pas les gâcher.

Veillez à éviter de changer d’autres paramètres pendant la transition alimentaire, que ce soit au niveau de l’environnement pour ne pas provoquer de stress ou au niveau de la nourriture, notamment en évitant les petits extras (nourriture donnée à table par exemple).

Arrêtons-nous un petit instant sur le cas particulier du chiot nouvellement arrivé à la maison. Si vous voulez changer ses croquettes par rapport à celles choisies par l’éleveur, le mieux est de patienter le temps que votre animal s’habitue déjà à son nouvel environnement : inutile de cumuler deux sources de stress.

Des prébiotiques et/ou des probiotiques pour faciliter la transition alimentaire de son chien. Une bonne idée ?

Certains préconisent de donner des compléments alimentaires pour renforcer la flore intestinale du chien durant la transition alimentaire. Ceux-ci peuvent contenir des probiotiques ou des prébiotiques.

Les probiotiques sont des micro-organismes vivants pouvant être utilisés pour enrichir ou renforcer le microbiote intestinal du chien ; ils sont retrouvés dans les aliments fermentés (yaourt ou levure de bière par exemple). Les prébiotiques sont des sucres pouvant nourrir les micro-organismes de l’intestin du chien et permettant donc leur croissance et leur multiplication ; ils sont retrouvés dans certains fruits et légumes (bananes et tomates par exemple).

Plusieurs études ont été réalisées à ce sujet avec des résultats variables. De plus, les études apportant des preuves d’efficacité par rapport à un pré- ou probiotique spécifique ne prouvent pas forcément que d’autres substances de ce type ont des effets similaires. Cependant, il est actuellement supposé que ces éléments ne peuvent pas avoir d’effets fortement négatifs.

Si vous choisissez d’administrer ce genre de compléments alimentaires, il est important d’en donner les bonnes doses. Il a par exemple été montré que les selles peuvent être de moins bonne qualité si le chien reçoit un apport trop important en probiotiques.

Il est donc conseillé de demander conseil à votre vétérinaire afin d’obtenir une prescription adaptée et personnalisée selon votre animal.

Que faire si mon chien refuse sa nouvelle nourriture ?

En première approche, il convient de laisser à votre chien le temps de s’habituer à sa nouvelle alimentation. Pour l’aider, vous pouvez en augmenter l’appétence de diverses manières, pour lui donner envie d’y goûter.

Vous pouvez donc, au choix :

  • Tenter d’abord d’humidifier un peu les croquettes avec de l’eau. Si ça ne fonctionne toujours pas, vous pouvez donner du bouillon ou un peu de viande ou de jambon, en veillant toujours à ce que les ingrédients ajoutés aient une faible teneur en sel
  • Mettre les nouvelles croquettes et les anciennes croquettes dans un même récipient, pour que leurs odeurs se mélangent
  • Pour les chiens s’alimentant difficilement, donner à la main les nouvelles croquettes

Enfin, gardez aussi en tête le fait qu’un chien peut refuser de se nourrir à cause d’un problème médical, qui pourrait par exemple provoquer des douleurs abdominales.

N’hésitez pas à consulter votre vétérinaire en cas de doute.

Ainsi, la transition alimentaire est une période délicate qu’il faut bien maîtriser, du fait de la fragilité du microbiote intestinal du chien. Il faut donc introduire sa nouvelle alimentation progressivement afin d’éviter d’éventuels troubles digestifs. Il existe des moyens de faciliter cette transition, comme les compléments alimentaires ou les facteurs permettant d’augmenter l’appétence de la nourriture.

Abonnez-nous à la newsletter pour être notifié(e) des nouveaux articles !

Pas de commentaire

    Laisser un commentaire

    %d blogueurs aiment cette page :