Manger

L’alimentation du chien stérilisé

Si vous avez un chien, vous avez déjà du entendre à plusieurs reprises des arguments pour ou contre la stérilisation de votre boule de poils. Si la castration/stérilisation est l’une des opérations les plus courantes chez les animaux domestiques comme le chien, c’est parce qu’elle présente des effets bénéfiques à la fois sur le comportement, sur la santé mais également sur le contrôle de la population. Malheureusement, comme toute intervention chirurgicale, cela entraîne des conséquences, principalement sur la prise alimentaire. Alors comment s’adapter ?

La stérilisation et la castration, pour quoi faire ?

Commençons par définir chacun des termes :

  • la stérilisation correspond au fait d’empêcher l’animal de se reproduire tout en laissant les organes produisant les hormones sexuelles (ex : ligature des trompes ou vasectomie en médecine humaine).
  • la castration quant à elle, consiste à tout enlever, supprimant la production d’hormones sexuelles.

Cette deuxième méthode est la plus utilisée en médecine vétérinaire car elle permet de limiter des comportements indésirables comme l’agressivité, les fugues ou le marquage. Ces résultats ne sont cependant pas garantis et n’expliquent pas à eux seuls l’intérêt de la stérilisation (nous verrons plus loin les autres effets bénéfiques). Dans le langage courant, on utilise plutôt la stérilisation pour parler de la castration des femelles et la castration pour parler de celle des mâles, il s’agit cependant d’un abus de langage. Dans la suite de cet article, nous utiliserons les deux termes sans distinction de sens.

Comme nous l’avons évoqué précédemment, de nombreux avantages encouragent la castration, que cela soit le comportement mais également la santé physique. En effet, en stérilisant précocement les animaux, particulièrement les femelles, on peut réduire de façon significative les risques de maladies hormono-dépendantes comme les tumeurs mammaires (qui touchent 1 chienne sur 2 et sont des cancers dans 1 cas sur 2… autrement dit, elles peuvent être très vite mortelles pour 1 femelle non stérilisée sur 4).

Enfin, la stérilisation permet aussi de limiter les abandons et euthanasies. Effectivement, en stérilisant son animal, on empêche l’arrivée de portées non désirées qui pourraient elles-mêmes produire des portées non désirées (particulièrement chez les chats qui sont beaucoup plus libres), et on limite donc le nombre d’animaux à placer.

@ellie_cavalier

Qu’est-ce qui change pour votre animal ?

Lorsque l’animal est stérilisé, les organes produisant les hormones sexuelles sont retirés, ce qui enlève une bonne partie de la consommation d’énergie ! En effet, la production des hormones demande beaucoup d’énergie car il faut fabriquer chaque hormone à partir de nombreuses petites molécules issues des grosses molécules ingérées puis digérées.

Pour mieux comprendre, imaginez que l’on vous donne une tour faite en lego pour fabriquer un pont, il faudra commencer par démonter la tour pour récupérer les pièces et les assembler pour former un pont. C’est ce que fait le corps, avec la nourriture dans le rôle de la tour et le pont dans celui des hormones. Cela demande du temps et de l’énergie. En supprimant les organes produisant les hormones, les besoins énergétiques de votre animal sont réduits, son métabolisme est ralenti, et au lieu de consommer toute l’énergie fournie par son alimentation, il va la stocker. C’est ce stockage sous forme de graisse qui va conduire à la principale pathologie associée à la stérilisation : l’obésité.

Malheureusement, l’obésité n’est pas une fin en soi et a pour conséquence de nombreux autres problèmes de santé : problèmes de déplacements, de circulation, d’immunité …

De plus, en prenant du poids, et en commençant à avoir du mal à se déplacer, votre animal sera moins motivé à faire de l’exercice et passera plus de temps à se reposer… ce qui favorise à nouveau le stockage ! L’animal entre dans un cercle vicieux qui favorise la prise de poids.

@leo___the_cockapoo

Pourquoi faut-il faire attention ?

Comme les humains, les animaux ne sont pas à l’abri de l’obésité et de tout ce que cela entraîne. Tout d’abord, des problèmes locomoteurs, liés d’une part à la difficulté de bouger les kilos en trop mais surtout aux problèmes articulaires dus à la pression sur les articulations. Ensuite, les problèmes vasculaires ; comme chez l’homme, des dépôts de lipides peuvent se faire dans les vaisseaux, ce qui peut les boucher et priver d’irrigation les organes concernés. Le diabète peut également toucher nos animaux si la ration est trop riche en sucre.

Enfin, un poids trop élevé peut compliquer les potentielles chirurgies, à la fois à cause des risques vasculaires mais également car les tissus adipeux réduisent la visibilité du chirurgien vétérinaire.

Comment réagir  une fois son chien stérilisé?

Une fois votre animal stérilisé, il va donc falloir vous adapter à ses nouveaux besoins. S’il est très tentant de le gâter pour le féliciter d’avoir supporté une telle épreuve, ce n’est pas forcément le meilleur des comportements à adopter.

Dans les faits, deux choix s’offrent à vous : réduire la quantité ou réduire les calories.

Dans le premier cas, il faudra réduire de 20% la quantité de nourriture que vous donniez à votre animal : si vous lui donniez 100g, vous devrez désormais lui en donner 80g. On remarque cependant que cette solution n’est pas très efficace. L’autre solution est de donner des croquettes plus légères qui permettent à l’animal de manger autant qu’avant tout en recevant un apport adapté à ses nouveaux besoins. C’est le principe des croquettes et pâtées pour animaux stérilisés ! Cette méthode est bien souvent préférable car même s’ils reçoivent moins d’énergie, on réussit à obtenir une sensation de satiété chez l’animal. A la fin de son repas, l’animal a l’estomac rempli ce qui envoie à son cerveau un sentiment de faim comblée et il pourra ainsi faire une bonne sieste post-prandiale ! (après le repas quoi)

Pour les rations ménagères (les petits plats faits maison), il faudrait augmenter la proportion de légumes afin d’augmenter le volume, en limitant les calories. Le légume de choix pour cela est la courgette !

Et bien évidemment, réduire la ration de 20% exactement ne sert à rien si votre animal a en plus le droit aux restes à table et autres friandises ! Il est possible de lui faire plaisir, mais pour cela il faudra encore réduire la ration, afin de garder un apport calorique raisonnable. Ces petits plaisirs peuvent prendre plusieurs formes : restes de table, réponse à la demande de votre chien ou encore friandises. Dans ce dernier cas, cela sera particulièrement utilisé lors du dressage, il conviendra donc de choisir les friandises avec soin

Pour vous aider à mieux choisir, voici quelques équivalences entre le chien et l’humain :

🐶 25g de fromage

2 muffins pour un humain

🐶 2 tranches de salami

1 hamburger et demi pour un humain

🐶 100g de jambon

2 croissants pour un humain

Comme on peut le voir, les besoins sont vites comblés ! Il vaut donc mieux éviter les friandises trop grasses en quantité et privilégier des friandises dédiées qui feront plaisir à votre chien tout en vous autorisant à les utiliser en quantité suffisante pour le dressage par exemple !

Malheureusement, ce n’est pas simple de respecter tout cela.

Pour mieux comprendre, voici une petite explication de ce qui se passe dans le corps de votre animal lorsqu’il mange :

  • Tout d’abord, certaines molécules produites pour mobiliser les réserves envoient un message au cerveau de l’animal pour le prévenir qu’il a besoin de chercher de la nourriture.
  • Le cerveau va alors produire une sensation de faim qui va encourager l’animal à se nourrir.
  • D’autres récepteurs vont alors mesurer le volume de nourriture ingéré et les calories apportées ; ce sont grâce à eux que le cerveau comprend que l’organisme a reçu suffisamment de nourriture, et provoque la sensation de satiété.

C’est en se concentrant sur les mécanismes qui détectent le volume consommé qu’on empêche l’animal d’avoir faim. Néanmoins, les récepteurs de calories sont encore là et peuvent lui jouer des tours au début s’ils ont été souvent sollicités, poussant l’animal à réclamer plus qu’il ne devrait (et c’est toujours difficile de résister à la bouille de votre chien quand il crie famine !)


Bien que la stérilisation présente de nombreux avantages, elle présente aussi quelques inconvénients. Le principal est de devoir adapter l’alimentation de l’animal afin d’éviter la prise de poids et les pathologies associées. Cette contrainte peut paraître pesante pour les propriétaires mais elle représente un point clef de la santé de l’animal et favorise une vie longue et en bonne santé. Alors même s’il paraît cruel de limiter la nourriture de votre animal alors qu’il semble avoir faim, n’oubliez pas que c’est pour lui assurer plein d’autres moments de bonheur en bonne santé !

1 Comment

  • Raymonde LE CARDINAL
    22 septembre 2020 at 14 h 23 min

    bonjour, pour Pitchoune je ne peux pas finaliser car j’ai inscrit de mémoire 5 kg alors qu’au 29/07/20 elle pesait 15 kg 450

    Reply

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :